LA VILLE DE GOMA MENACEE PAR LES REBELLES DU M23 ET LES MILITAIRES RWANDAIS (RDF)

Deux bataillons de l’armée rwandaise signalés non loin de l’aéroport de Goma.
Alors que les pourparlers de Kampala, débutés le 9 décembre dernier, sont dans l’impasse, après deux mois de travaux  les nouvelles en provenance du Nord-Kivu sont inquiétantes. La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, est de nouveau menacée par les rebelles du M23 que la société civile accuse d’avoir renforcé les positions autour de cette ville.
Le porte-parole de la société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota, a accusé, lundi 4 février, les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) de renforcer leurs positions autour de la ville de Goma en s’installant notamment à Munigi, Kibati, Kanyaruchinya et Buhimba. Selon lui, certains rebelles associés à des militaires rwandais se sont installés à 1 km de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Cette information est confirmée par plusieurs sources indépendantes ainsi que par certaines sources sécuritaires dans la province. La présence de deux bataillons de l’armée rwandaise a été signalée dans les localités de Rutagara et de Bisizi, en territoire de Nyiragongo. ” Nous avons des informations qu’un bataillon rwandais s’est déployé non loin de l’aéroport de Goma “, a-t-il assuré. Il a ajouté que des militaires rwandais et des rebelles du M23 ont été aperçus à un kilomètre plus loin, dans la localité de Rukoko.  Il a aussi ajouté   que   à BYAHI et BUHAZA,    les  troupes  Rwandaises   y sont mêlés  de  rebelles  M23. A JOLIE  BOIS  non loin de  la Ville  de  Goma où  se trouve la cimetière de  l’ancien Gouverneur  de la Province  du Nord – Kivu LEONARD  GAFUNDI  KANYAMUHANGA,    il  y a  un bataillon des RDF même  hier  vers 10  hoo,  ces  derniers  ont chassé les élèves de  Ecole  Primaire  HERI  ainsi  que les mamans   qui cultivent dans  ce  contré, cela  à causé   la panique  au sein de  la population de  Goma.  Les  femmes  , enfants  se  sont déplacés  du Camp  hier  à 14 hoo. Le porte parole  du M23  disait qu’ils  ont signés  un accord  de cessez  le  feu  tant  que les militaires rwandais  déclarent la guerre en renforçants la  frontière congolo – rwandaise par  les  minutions.  Signalons les trous  y sont creusés  par  les  militaires 
Face à cette menace toute imminente, le porte-parole de la société civile du Nord-Kivu a invité le gouvernement à agir rapidement ” pour rassurer la population de Goma contre une éventuelle attaque du M23 ” et ” à prendre des dispositions d’une réplique au cas où le M23 voudrait reprendre les armes “.
Ce retrait sollicité par les chefs d’Etat et de gouvernement de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) devait se faire jusqu’à 20 km de Goma. Mais plusieurs organisations et personnalités accusent ces rebelles de jamais s’être retirés jusqu’à cette distance.
En décembre 2012, alors que gouvernement et rebelles du M23 étaient en pleins pourparlers à Kampala, la société civile du Nord-Kivu avait fait état de la présence des rebelles du M23 à moins de 10 km de Goma. Le 18 décembre, le secrétaire général adjoint de l’Onu chargé du maintien de la paix, Hervé Ladsous, a fait état “des mouvements erratiques et préoccupants ” des rebelles du M23 autour de Goma.  La nouvelle sur la menace d’attaque de Goma par le M23 intervient alors que les pourparlers de Kampala sont dans l’impasse et des analystes les plus pessimistes n’hésitent pas à prédire un échec à ces négociations qui devraient prendre fin le 31 janvier. Elle intervient aussi au moment où le Sud-Kivu, une autre poudrière fumante, a, depuis, ce week-end, envoyé des signaux inquiétants avec la naissance le 10 janvier d’une nouvelle rébellion, l’Union des forces révolutionnaires du Congo (UFRC).  Trois  options     préconisées  par  le gouvernement congolais  pour éradiquer les  groupes  armées  dans  actifs dans à l’Est  du Pays  sont ; la voix politique, La voix diplomatique, la voix  militaire. La seule  solution   c’est l’option militaire   qui doit  être  mieux   pour  mettre fin à cette  crise. Avec un budget  de 28 milliards de  dollars  ou même 30 milliards les FRDC peuvent faire mieux si cet su est mis en jeux. Que le gouvernement   ainsi  que les peuples congolais s’unissent pour  butter  hors  d’état de nuire l’ennemi qui est l’Ouganda, le Rwanda  et M23. Comment sortir  de cette crise et mettre  fin à ces  hostilités ?  Que  le  gouvernement congolais réagisse le plus tôt  que possible car les  gommatraciens  en  danger.
By NGURU WASINGYA  ANSELME Image
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s