LES 7 COMMANDEMENTS DU LEADERSHIP

Le succès entre deux entreprises, deux associations, des groupes… se fait souvent via la présence d’un leader, un chef qui est capable de donner une direction et d’impulser une dynamique de performance.
Le leadership c’est l’art de faire faire ce que vous voulez à quelqu’un, tout en faisant en sorte qu’il veuille le faire naturellement (Eisenhower).
Un Leader ne doit pas être un copain, un pote, un surveillant… c’est quelqu’un qui va aider à atteindre les objectifs de l’organisation, mais également à aider les collaborateurs à s’améliorer eux-mêmes.
Pour y arriver un leader doit cultiver les 7 caractéristiques suivantes.

1 – Etre fondamentalement honnête

Sans honnêteté il n’est pas possible de croire dans un leader.
C’est d’autant plus important de nos jours avec la transparence des échanges entre les personnes, et encore plus avec les médias sociaux et les dispositifs de communication (iphone…).
Un leader ne peut plus se permettre de dire une chose à une personne, et dire autre chose à d’autres.
Rappelez vous Jacques Chirac avec « Le Bruit et l’Odeur »  ou encore les enregistrements de Ségolène Royal lors des meetings avant la présidentielle .
Lié à l’honnêteté, la transparence est la clé qui permet de croire en son leader et à ses idées.

2 – Rassembler les foules.

Un leader doit rassembler au-delà de son cercle d’influence et être capable de fédérer autour de ses idées, tout en reprenant les bonnes idées éparses d’autres « clans ».
Pour cela il faut savoir écouter son entourage, mais ne pas se faire une coure de personnes qui disent toujours OUI

Il faut savoir prendre dans son entourage des personnes qui sont capable de challenger des idées et aller au-delà de l’acceptation directe.
Cependant, une fois qu’une décision est prise, tout le monde doit être en ligne et prêt à défendre cette position.
C’est par exemple le cas dans le film « A la poursuite d’Octobre Rouge », où le second du sous marin russe reste toujours fidèle aux ordres du commandant malgré le fait qu’il pense que c’est peut être une mauvaise décision.

3 – Construire une organisation apprenante et évolutive.

Un homme seul ne peut faire de grand, il lui faut une organisation pour appliquer les décisions.
Un leader doit donc créer une structure décentralisée qui saura assurer la mise en place des décisions.
Cette organisation doit être fondée sur des hommes clés, mais elle doit permettre aux personnes d’évoluer et de se former, que cela soit sur des outils, des méthodes ou des techniques.
En effet si au départ une organisation performe bien, elle doit être capable d’évoluer et de prendre en compte l’évolution de la société.
Le leader doit faire monter en compétences son équipe en même temps qu’il monte lui-même en compétences. Il doit faire monter dans son « aspiration » son équipe et attirer de nouveaux talents.
Le leader n’est pas un technicien, mais il doit savoir choisir des spécialistes pour monter en compétences l’organisation dans sa globalité.
Par exemple c’est ce qu’à fait Obama lors de sa campagne présidentielle en utilisant les Media Sociaux comme levier pour récolter des fonds et des sympathisants.

4 – Etre capable de se concentrer sur la recherche des solutions, et pas sur les problèmes.

Un leader doit être capable d’analyser rapidement quand une solution est critique, et de faire bouger l’organisation rapidement en allant au-delà des procédures habituelles. Il doit respecter les règles, mais aussi savoir créer ses propres règles.
Il doit également avoir une vision stratégique sur l’évolution future à mettre en place.
Un leader doit aller au delà du constat et de l’opérationnel, il doit prendre de la hauteur. Il ne doit pas faire des dizaines de choses dans la journée, il doit faire peu de choses mais le faire le mieux possible pour l’avenir de l’entreprise.
Il ne doit pas faire du micro-management, mais du stratégique : il doit impulser l’état d’esprit du succès à toute l’organisation via un message simple, clair et compris par tous.
La capacité à guider n’est pas forcément générée par un parcours scolaire brillant, mais plus par l’expérience et la volonté de croire et de vouloir en quelque chose.
Par exemple, Martin Luther King ne donnait pas le détail de ce qu’il fallait faire, mais dans son discours « I have a dream », il donne ses orientations pour un monde idéal :

5 – Etre fiable et clair dans ses instructions.

Etre fiable ne veut pas dire être infaillible, mais c’est être capable de ne plus répéter ses erreurs. Le succès se construit sur une succession d’échecs et de victoires.
Le leader ne doit pas prendre des dizaines de décisions, il doit en prendre peu, mais les bonnes… Pour cela il doit prendre le temps de réfléchir et avoir le minimum d’informations.
Cependant, le leader doit avoir le courage de prendre des décisions rapidement sans attendre sans chercher des raisons de repousser la prise de décision.
Le leader doit s’assurer que les sujets les plus complexes soient simples à comprendre pour tout le monde.
Il doit expliquer, communiquer, répéter… ses messages pour être certain que sa stratégie est comprise.

Il doit donner des consignes, des moyens, du temps… et réduire les obstacles si nécessaire. Mais pour réussir cela il doit tout d’abord écouter avant de parler, et prendre en compte les différentes hypothèses même si elles ne lui plaisent pas.
Cependant un leader ne doit pas être là pour répondre à toutes les questions, il doit se concentrer sur les demandes stratégiques et laisser les autres répondre eux même aux demandes simples. Un leader ne doit pas se perdre dans les détails.
S’il ne fait pas cela tout le monde va attendre de lui les réponses, et donc « oublier » de prendre des initiatives. Il doit plutôt expliquer comment prendre les décisions, afin de créer une organisation évolutive.

6 – Construire son propre succès.

Avoir une vie facile, des succès faciles… ne permettent pas de se sublimer et de se dépasser.
Réussir et avoir du succès réclame des efforts, car la chance n’arrive que rarement par hasard, c’est le fruit d’un travail continu… Les bonnes décisions, les bonnes orientations… sont le fruit d’une préparation et d’une réflexion importante.
Construire son succès c’est également être curieux et la volonté de toujours progresser et s’améliorer. Un leader doit apprendre tout au long de sa vie.

7 – Ne pas avoir l’argent comme critère de mesure du succès… il faut être passionné !

Même si notre société veut nous convaincre que l’argent est le plus important, ce n’est pas vrai.
C’est uniquement un outil qui permet de faire plus de choses, ce n’est pas une fin en soit.
La reconnaissance, l’amour, la santé, la famille… sont des choses bien plus précieuses que l’argent. L’essentiel c’est le bonheur et la vie, ce n’est pas le nombre de zéros sur un compte en banque.

nguruwasingya@gmail.com

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s