LES PAROLES CELEBRES DE PATRICE LUMUMBA

Image

Au cours de la lutte pour l’indépendance, puis pendant ses deux mois et demi au gouvernement, Lumumba a été un homme seul, entouré d’une poignée de

compagnons de lutte. Il n’avait pas une organisation solide derrière lui, il n’a pas eu le temps de donner une conscience politique au peuple opprimé. Comment alors expliquer son extraordinaire impact, sa stature de grand homme politique?

Lumumba a réussi à donner une expression au radicalisme des masses urbaines et villageoises qui étaient à bout à cause de l’oppression, de l’exploitation et des humiliations coloniales. C’est ce point essentiel qu’ont toujours oublié ceux qui abusent du nom de Lumumba “pour occuper des postes” et pour “bouffer à leur tour.”

 

Avec la masse, lutter contre le colonisateur

22 avril 1959. “La masse est beaucoup plus révolutionnaire que nous. Quand nous  sommes avec la masse, c’est la masse même qui nous pousse, elle voudrait aller beaucoup plus rapidement que nous.”

(La pensée politique de Lumumba, p.45)

13 août 1959. Une délégation parlementaire belge rencontre M. Mabé Sabiti, qui se présente comme ‘le chef des arabisés’. Sabiti déclare : ” Lumumba se met surtout du côté des ouvriers, parce qu’ils forment la masse”.

(Procès-verbaux des entretiens officiels. Sénat. 1959, p.264)

Juin 1960. Bientôt l’indépendance. Qui sera ministre, qui aura un poste, qui aura du pouvoir ? Lumumba ne compte pas sur ” ceux d’en haut “, sur les colonisateurs. Il ne cherche pas son intérêt personnel en se vendant aux puissants. Il ne se laisse pas corrompre par les puissances impérialistes. Il a juré de rester du côté du peuple.

“Je ne vise pas du tout mon intérêt personnel mais seulement l’intérêt supérieur du pays. Le gouvernement belge veut se retirer de la scène politique congolaise mais entend remettre la gestion du Congo dans les mains des leaders ayant toutes ses sympathies. Je n’ai pas la sympathie du gouvernement belge, pas plus que celle d’autres milieux officiels. Je suis considéré comme un homme dangereux parce que je refuse de me laisser corrompre. Je puis vous dire qui si j’avais accepté de “jouer le jeu”, comme l’ont fait certains leaders congolais opportunistes, je serais aujourd’hui soutenu par la Belgique et considéré comme son plus grand ami. On veut créer un gouvernement de marionnettes mais on craint aussi la réaction populaire. Au train où nous allons, il n’y aura pas le moindre changement dans ce pays à la date de l’indépendance et les Congolais auront l’impression d’être dupés.

On aura alors le choc en retour, et alors que les leaders seront satisfaits des

quelques portefeuilles que la Belgique leur aura confiés, ce sera le peuple qui fera sa révolution.”

(Pourquoi Pas, juin 1960 pp.)

 

 

“Les ministres doivent manger avec le peuple.”

“Le Patrimoine national nous appartient. Nous-mêmes, les ministres, nous allons dans les milieux ruraux, nous allons labourer la terre pour montrer au pays comment nous devons faire nos coopérative. Nous ne voudrons jamais tromper le peuple et le peuple sait très bien que depuis nous sommes au pouvoir aucun ministre a été payé. Nous mangeons avec le peuple, nous n’avons pas besoin d’argent (conférence de presse 9 août, cite dans “Congo 1960”, 2, pp 593-594)

“Les ministres doivent vivre avec le peuple. Nous ne devons pas passer aux yeux de la population comme les remplaçants des colonialistes. (Annales de la Chambre des Représentants de la République du Congo. 1960, 12, Séance du 15 juillet 1960

p.15)

“Nous voulons une vraie indépendance.”

“Nous allons mettre tous nos travailleurs au travail, après le départ des troupes belges. Chacun aura du travail, avec des salaries modestes. Et je vous assure, qu’avec notre foi, avec notre dynamisme, avec notre fierté nationale, le Congo sera dans cinq ans un pays fortement développé. Ce n’est pas en mendiant des capitaux que nous allons développer le pays. Mais en travaillant nous-mêmes, avec nos propres mains, par nos efforts (é) le seul slogan pour le moment: le progrès économique, tout le monde au travail, mobiliser toute la jeunesse, toutes nos femmes, toutes les énergies du pays. Les cadeaux, on n’apprécie pas. L’indépendance cadeau, ce n’est pas une bonne indépendance. L’indépendance conquise est la vraie indépendance.” (conférence de presse 9 août, cite dans “Congo 1960, 2, pp 593-594)

“La Banque centrale belge s’est accaparée non seulement de notre argent, mais également de nos resserves d’or..; Le gouvernement vient d’annoncer que, si dans un délai de 15 jours le Gouvernement belge ne les restituait pas, nous confisquerons tous les biens appartenant aux Belges. Le people attend le bonheur, l’amélioration de ses conditions de vie. Pour nous, il n’y a pas d’indépendance tant que nous n’aurons pas une économie nationale prospère pour relever les conditions de vie de nos frères.

nguruwasingya@gmail.com

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to LES PAROLES CELEBRES DE PATRICE LUMUMBA

  1. Yves Verreydt says:

    Excellente sélection de paroles de Patrice Lumumba, premier chef du gouvernement du Congo ex-belge, qui n’a pas eu l’opportunité de mettre en oeuvre ses projets
    émancipateurs et humanitaristes en faveur du peuple qui l’avait élu.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s