LA CIA VEUT LA MORT DE LUMUMBA

Image

La CIA comprend qu’il est urgent d’assassiner Lumumba si elle veut sauver la

domination impérialiste sur le Congo.

Depuis octobre, la CIA poursuit une ligne constante : utiliser ses agents congolais pour éliminer Lumumba. Hedgman, le chef de station de la CIA à Kinshasa, câblait alors : “Station a fermement poussé leaders congolais arrêter Lumumba ; pense Lumumba continuera à être menace pour stabilité Congo jusqu’à son élimination de la scène.” (11) Le 13 janvier, après la mutinerie qui faillit libérer Lumumba, Hedgman envoie un autre message au directeur de la CIA : “La combinaison des talents de Lumumba comme démagogue, sa capacité d’utilisation de groupes de propagande assureraient presque certainement Lumumba d’une victoire au parlement. Le refus de prendre des mesures radicales maintenant conduira la politique des Etats-Unis au Congo à la défaite.” (12) Nous avons ici la décision finale de la CIA pour l’élimination de Lumumba. A ce moment, la CIA est en relation permanente avec Mobutu, Kasavubu, Tshombé, Munongo, Nendaka, Kazadi, Adoula et tous ceux qui sont mêlés à la décision d’envoyer Lumumba à la boucherie de Lubumbashi. Le 14 janvier déjà, la Sûreté de Nendaka envoie un télégramme à Lubumbashi: “Collège commissaires généraux se permet insister afin obtenir accord pour transférer Lumumba dans province du Katanga.” Deux commissaires, Ferdinand Kazadi et Mukamba Jonas, sont chargés d’accompagner le prisonnier dans l’avion.

L’ASSASSINAT DU 17 JANVIER 1961

 17 janvier à 16h45, trois hommes noirs, les yeux bandés et les bras ligotés derrière le dos, sortent du DC 4 qui vient d’atterrir à la Luano, Lubumbashi. Il s’agit de Lumumba, Mpolo et Okito. Ils sont immédiatement encerclés par des gendarmes katangais, encadrés par des officiers belges. Munongo assiste à la scène. Lumumba et ses deux compagnons ont été tués le même soir.

Les services de renseignement occidentaux et leurs hommes de main sont

immédiatement au courant de la mort de Lumumba. Le 19 janvier déjà, des officiers congolais, assistés par le conseiller militaire de Mobutu, le colonel belge Marlière, arrivent à Lubumbashi pour discuter avec Tshombé d’un accord de coopération militaire Kinshasa-Lubumbashi et d’un commandement unique. Nendaka débarque quelques jours plus tard. Tous les défenseurs de l’impérialisme comprennent que l’annonce de la mort de Lumumba provoquera une révolution dans tout le pays. Ils veulent du temps pour se préparer à l’affronter. Ils savent que les Kasavubu, Mobutu et Bomboko à Kinshasa auront besoin de l’aide militaire des Tshombé à Lubumbashi et des Kalonji à Babwanga pour combattre le nouvel essor de la révolution populaire nationaliste. Ce n’est que le 13 février que Munongo annonce à la presse internationale la mort de Lumumba “tué par des villageois dans un petit village près de Kolwesi.” Dans le texte qu’il a lu, il y a cette phrase : “On nous accusera de les avoir assassinés. Je réponds: Prouvez-le !” (13)

nguruwasingya@gmail.com

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to LA CIA VEUT LA MORT DE LUMUMBA

  1. Yves Verreydt says:

    Approche très complète de ces événements historiques complexes et trop peu connus.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s