LEADER : POURQUOI ?

Les constitutions de presque tous les pays de la planète prévoient que le peuple puisse choisir

Ses chefs, ses leaders. Mais, comment devenir leader? Est-ce qu’on naît leader ou on le devient?

La réponse est là, il suffit de poser la question sur internet, et analyser les millions de suggestions généreuses en conseils, mises en garde, contre-indications. Vous  aimeriez devenir un leader charismatique en trois journées ou en trois mois? Vous êtes déjà responsable d’un groupe et vous désirez développer vos capacités en leadership, améliorer votre impact sur les personnes?

Gérer vos émotions et communiquer aux autres avec enthousiasme vos visions? Allez-y,

vous n’avez qu’à suivre les conseils qu’on vous donne gratuitement.

Quels que soient les changements, les révolutions ou les modes, quels que soient les types d’entreprises ou de fonctions dirigées, la personnalité du leader, son style, ses modes d’exercer et de contrôler le pouvoir auront toujours une influence majeure sur la gestion d’un groupe. Gérer c’est diriger.

Il y a des individus dont on dit: «Celui-là, il est un leader naturel». Mais est-ce qu’il était un leader à partir du jour de sa naissance? Les avis sont partagés. Après tout, même lorsqu’il y a des qualités de leadership innées, il faut les cultiver avec obstination.

On le devient

La première qualité: il faut qu’on aie une image positive de soi et qu’on sache reconnaître ses points forts et compenser ses points faibles.

La deuxième: savoir écouter. Quelqu’un qui sait écouter non seulement entend les faits qu’on lui relate,

mais il décèle aussi les sentiments qui accompagnent le récit. Le leader efficace sait utiliser l’art de poser

des questions, et il sait bien écouter.

La troisième: travail d’équipe. Un leader ne peut réussir tout seul. Il pense avec le pronom « nous »

et non pas «je». Le leader efficace travaille et se tient toujours en contact avec les membres de son groupe.

Il communique les résultats aux membres du groupe, il accueille leur avis. Le leader sait dire des mots d’encouragement: «Vous avez fait un excellent travail, merci».

La quatrième: un leader sait courir des risques. Tous les changements et toutes les innovations impliquent

des risques et des défis. Sans erreurs, on ne saurait apprendre ou grandir. Le leader a ses idées, mais il doit savoir reconnaître les bonnes idées venant des autres, de la communauté, les appuyer activement.

Les bonnes pensées que l’on garde pour soi ne valent rien. Il n’a pas peur de parler avec ceux qui ne font pas partie du groupe. Le leader ne doit pas oublier la première fois où, dans son enfance, il a joué à la balle.

Cela n’a pas été un match à la Zidane! Le leader éclairé se considère toujours un apprenti. S’il a peur de changer, il deviendra dictateur.

La cinquième. Il y a de nombreuses manières de reconnaître le travail des personnes ou du groupe.

Peu importe la méthode choisie, il faut féliciter les autres, au moment opportun. La meilleure stratégie à utiliser pour atteindre votre objectif de devenir un leader remarquable, pourrait consister à manifester un intérêt véritable et beaucoup de respect envers votre travail, les membres de votre groupe et votre communauté.

La sixième. Il n’y a pas de recette sécrète ou de formule magique pour devenir un leader efficace du jour

au lendemain. Il s’agit plutôt d’un processus d’apprentissage par tâtonnements, de réussites et d’échecs.

Un dernier conseil?  Savoir rire – surtout de nous-mêmes.

nguruwasingya@gmail.com

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s