LES HABITANTS DE LA VILLE DE GOMA NE SONT PAS EPARGNEES DE LA POUSSIERE

Image

Plus de 1 000 000 d’habitants  de la ville de Goma et périphéries sont victimes de la poussière due au mauvais état de la route principale GOMA – SAKE non goudronnée. Plusieurs  cas des maladies telles que :  la malaria, la toux, la diarrhée, l’infection de la vue, choléra sont fréquentes dans le milieu. L’environnement est détruit.  La population abandonnée à son triste sort ne sait  pas comment gérer cette situation. La vente de beignets, haricots, farine de maïs et manioc, viande, poisson, légume, fruits, végétaux  sont vendus aux abords de la route principale sous un environnement, atmosphère et l’eau pollués par la poussière.  

Quelle est  la cause  qui freine la  poursuite de la réhabilitation de la voirie urbaine de Goma ?

La mauvaise volonté des dirigeants de la province du Nord – Kivu , l’exécutif et le  législatif. La me gestion de l’argent de l’Etat. Nos élus du peuple ont dévié leurs missions car ils  sont devenus des commerçants. Plus de 2 ans, un tronçon de 47 Km  est en pleine réhabilitation  qui est une situation anormale.  Au  mois de mars, la société civile de la ville de Goma avait décrétée  trois jours de la ville morte pour protester contre la lenteur de la reconstruction de la route de Goma par l’entreprise TRAMINCO.  Après une solution était vite trouvée. Du Rond – Point Signers jusqu’ au  Rond point TMK , les habitants de ce milieu sont épargnées  de la poussière. En matière de gestion et développement durable plusieurs étapes suivent pour que le projet soit exécuté.  De la passation du marché, le service TRAMINCO qui s’occupe de la reconstruction de  la route n’assume pas bien leur rôle.  Pourquoi la réhabilitation de la route fait couler l’encre et salive des autorités provinciales du Nord – Kivu ?  Plusieurs aspects socio – culturelles, politiques, économiques, spirituelles devraient être respectés afin que la route soit rebâtie.  

Du point de vue santé.

Actuellement, les politiques du Nord – Kivu songent à la pacification de la province par contre oublie aussi les devoirs et droits de la population qui dirigent. Les droits de l’homme dans la ville de Goma ne sont pas respectés. 80% du chômage, après avoir atteint par les maladies, les habitants n’accèdent pas  à un bon traitement aux hôpitaux suite au manque de l’argent. Jamais on ne peut pas diriger un peuple à le tuant, cet acte de négligence est un crime contre les gommatraciens. La population a droit à la santé. 

La route  est la clé du développement par excellence d’une ville, elle doit être réhabilitée le plus tôt possible pour sauver la vie humaine de la population de Goma et les périphéries. Sans route,  toutes les activités sont bloquées de deux côtés. Du côté de la population doit aussi respectée  les conditions hygiéniques. Que le gouvernement provincial prenne ses responsabilités.

nguruwasingya@gmail.com

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s