Heros National Lumumba : Oser penser, oser lutter

Image

A propos de l’indépendance, Lumumba disait encore ceci en 1956 : “Certains

Blancs, très peu recommandables, qui abusent de la crédulité des Noirs encore peu cultivés, instiguent ceux-ci à réclamer immédiatement l’indépendance. Ils vont jusqu’à insinuer que l’autonomie ne pourra être obtenue sans effusion de sang, que tous les pays occidentaux ont dû, pour obtenir leur indépendance, se battre, et que

les Congolais devraient faire de même s’ils veulent se libérer des Belges. Triste mentalité! Nous devons rejeter ces idées d’où qu’elles viennent. Le Congo obtiendra son autonomie dans la dignité et non dans la barbarie. Ce serait commettre un acte de la plus grande barbarie, du banditisme que de sacrifier des vies humaines, nos membres de famille qui nous sont chers, pour la soif de l’indépendance.” (Le Congo, terre d’avenir, est-il menacé?, Patrice Lumumba,pp.162-163)

Trois ans suffiront pour que la conception du monde de Lumumba soit

profondément bouleversée. Il perce le caractère mensonger, hypocrite et intéressé de la propagande coloniale. En décembre 1958, Lumumba exprime à Accra sa solidarité avec la lutte armée en Algérie, au Cameroun, au Kenya, en Afrique du Sud, en Rhodésie, en Angola et au Mozambique.

Deux semaines après son retour d’Accra, a lieu l’insurrection du 4 janvier 1959 à Kinshasa. Trois cents Congolais sont tués par l’armée. Lumumba prend résolument la défense des pauvres qui ont osé se soulever contre le colonisateur. Lors du congrès du MNC-L à Kisangani, le 28 octobre 1959, la gendarmerie attaque les nationalistes et tue 20 personnes. Ces jours-là, Lumumba apprend au peuple à ne pas avoir peur devant les fusils de l’ennemi. “Marchez, n’ayez pas peur! Nous vous demandons si nous mourons demain de garder nos enfants convenablement. Nous allons mourir pour vous et nous ne le craignons pas. Les Belges sont venus avec leurs gros engins, avec des soldats armés de fusils pour nous tuer si nous disons que nous voulons obtenir notre indépendance. ” ” Eux, ils ont des fusils, nous, nous avons nos mains. Je vous le demande à vous: est-ce que vous avez peur? Nos mains suffiront!”. (La pensée politique de Lumumba, pp.108-111).

nguruwasingya@gmail.com

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s