Beni est transformé en zone  du « sang coulant »  par    les personnes assimilées aux Adf

31 personnes tués par les hommes armés assimilés aux Adf au quartier Ngadi aux environs de 19 heures le mercredi, 15 octobre 2014,   dans la commune de Mulekera sur l’axe routier Beni – Mavivi à quelques kilomètres du centre ville de Beni. Crédit photo /La Voie de l'Amérique

31 personnes tués par les hommes armés assimilés aux Adf au quartier Ngadi aux environs de 19 heures le mercredi, 15 octobre 2014, dans la commune de Mulekera sur l’axe routier Beni – Mavivi à quelques kilomètres du centre ville de Beni.
Crédit photo /La Voie de l’Amérique

 Par Nguru Wasingya Anselme

9 mois après l’opération Sokola 1 (nettoyer) menée par les Fardc appuyées par la Monusco contre les rebelles Adf, dans le territoire de Beni au pied des montagnes de Rwenzori au fond du lac Edouard et dans le parc national des Virunga, un calme  apparent est revenu dans ce milieu. 61 personnes ont  été tuées  à  la machette, haches, et armes à feu  par des personnes assimilées aux Adf aux alentours de la cité d’Oïcha,  de la ville de Beni et Eringeti ce dernier temps. Le gouvernement congolais, les forces vives, la Monusco condamnent fortement  ce carnage.

 61 personnes tuées  dont 31 au quartier Ngadi aux environs de 19 heures le mercredi, 15 octobre 2014,   dans la commune de Mulekera sur l’axe routier Beni – Mavivi à quelques kilomètres du centre ville de Beni,  9  dans cité d’Oicha, 21 à Eringeti . C’est le bilan d’une incursion des hommes armés  dans les endroits précités.

 Pour rappel, l’avant dernier carnage en cité d’Oicha, ces « assassins » assimilés aux rebelles Adf avaient promis tuer un total de 300 personnes. Ils l’avaient indiqué dans des tracts ramassés [na bado en langue swahili qui veut dire en français ce n’est pas tout]  en cité d’Oicha la semaine passée. Aussi le général Mundos,  à tête des opérations sokola  1,    avait rassuré la population que la sécurité était sous contrôle. Il demandait à la population qui a fui Oïcha d’y revenir.

 La société civile  de la ville de Beni attribue cet acte ignoble aux rebelles de L’Adf. Selon nos sources à Beni-ville, les premiers corps des victimes  ont été exposés à l’hôtel de ville ce jeudi 16 octobre.  Le maire de Beni a même décrété une journée ville morte en ville de Beni. Cette situation entraine la paralysie des activités  en ville de Beni, à Ngadi, Eringeti, et dans les localités environnantes. Les habitants du territoire de Beni et Lubero craignent car ne connaissant pas quelle est la prochaine cible de ces tueurs.

 Martin Kobler, patron de la Monusco en République démocratique du Congo, en déplacement à Beni transmet les condoléances à la population de Beni :  « Je suis ici pour transmettre au gouverneur , toute la population de Beni et de la région mes condoléances les plus sincères. C’est une visite de solidarité. C’est une visite aussi de condamner fortement des Adf. C’est un carnage. C’est un massacre, acceptable…»

 Lambert Mende,  porte parole du gouvernement congolais, adresse ses condoléances  aux familles des victimes  au cours  d’un point de presse tenu à Kinshasa, capitale de la Rdc : « …Ces nouveaux crimes sont à réalité gratuits, inutiles, ils ne procureront aucun gain stratégique à ceux qui les exigent. Le gouvernement de la République démocratique du Congo les condamne  et présente ses condoléances les plus attristés aux familles endeuillées au grand nord, aussi bien à Oïcha, à Beni  à leurs assurant sa compassion et son secours et de sa détermination à effacer du sol congolais  toutes les traces du terrorisme de la force négative Adf. Nos forces armées sont déjà en  opération à ce sujet».

 L’enterrement  de 27 personnes tuées a eu lieu au   cimetière de Masiani  dans un même trou sous une grande émotion des habitants de Beni, autorités provinciales, patron de la Monusco. Les coprs d’ un couple religieux de l’Eglise Church on the Roch furent  inhumés en ville de Butembo.   Cette situation entraine la paralysie des activités  en ville de Beni, à Ngadi, Eringeti, et dans les localités environnantes.

Exposés à l'hôtel de ville de Beni de 31 corps personnes tuées par les hommes assimilés aux Adf ,  aux environs de 19 heures, au quartier Ngadi aux environs de 19 heures le mercredi, 15 octobre 2014,   dans la commune de Mulekera sur l’axe routier Beni – Mavivi à quelques kilomètres du centre ville de Beni. Credit photo/Damiri Paluku

Exposés à l’hôtel de ville de Beni de 31 corps personnes tuées par les hommes assimilés aux Adf , aux environs de 19 heures, au quartier Ngadi aux environs de 19 heures le mercredi, 15 octobre 2014, dans la commune de Mulekera sur l’axe routier Beni – Mavivi à quelques kilomètres du centre ville de Beni.
Credit photo/Damiri Paluku

Ecoutez les propos de Evariste Mwenge de la Radio Moto Butembo – Beni,

 Les massacres en territoire de Beni  donneraient  naissance aux groupes maï – maï

Selon le site internet  Kivu times : Ces jeunes gens sont le fourrage pour les groupes Maï-Maï locaux fragmentés qui sont souvent formées par des ex-soldats mécontents et manipulés par les politiciens de la région, en lutte de positionnement.

Parfois, ces groupes de jeunes hommes s’organisent pour protéger leurs villages, mais trop souvent la nécessité économique et la politique enchevêtrées de la région les suce dans les réseaux de milices qui déplacent et changent parfois sur une base de survie.  Ce groupe armé est actif   en territoire de Beni, Province du Nord – Kivu, Est de la R.D.Congo pendant plus de 25 ans. Les biens et ressources naturelles pillés  qui permettent ce réseau de fonctionné sont vendus par certains opérateurs économiques de la région à Beni, Butembo, …

 L’éradication  des Adf  à  Beni sans payement des militaires congolais, la région restera insécurisée

 Malgré les encouragements des forces vives  aux Fardc et poursuite de nettoyer les territoires de Beni, les militaires congolais doivent être payés et mis  dans des bonnes conditions pour mieux  mettre hors d’état de nuire « les assassins et rebelles Adf». Un militaire affamé  ne peut pas bien sécuriser les populations par contre il peut tourner les canaux contre les populations ou au gouvernement congolais.   Le payement de salaire de  trois mois d’arriérés des Fardc  serait une meilleure solution. L’arme n’apporte pas la paix mais plutôt le cœur de l’être humain. Bâtissons un Nord – Kivu de paix.

Un tableau des habitants de Mutsanga, ville de Butembo sur lequel les habitants écrivent " Génocide à Butembo - Beni" avec  un croix pour manifester la colère  du triple massacre de  personnes tuées par les  hommes armés assimilés aux Adf à Beni ce derniers temps. Credit photo/Nguru Wasingya Anselme

Un tableau des habitants de Mutsanga, ville de Butembo sur lequel les habitants écrivent ” Génocide à Butembo – Beni” avec un croix pour manifester la colère du triple massacre de personnes tuées par les hommes armés assimilés aux Adf à Beni ce derniers temps. Credit photo/Nguru Wasingya Anselme

Les habitants de Mutsanga, ville de Butembo brulent les pneus sur le boulevard Charles Mbogha pour manifester leur  colère du triple massacre des 61 personnes tuées par les hommes armés assimilés aux Adf en territoire de Beni ce derniers temps. Crédit photo/Nguru Wasingya Anselme

Les habitants de Mutsanga, ville de Butembo brulent les pneus sur le boulevard Charles Mbogha pour manifester leur colère du triple massacre des 61 personnes tuées par les hommes armés assimilés aux Adf en territoire de Beni ce derniers temps. Crédit photo/Nguru Wasingya Anselme

This entry was posted in Uncategorized and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s