LA PLATRACO ET L’ATAMOV SORTENT DE LEUR SILENCE FACE AUX TRACASSERIES ET INSECURITE DANS DES ROUTES

Image
Les associations des transporteurs regroupés au sein de la Plate-forme des transporteurs du Congo, PLATRACO menacent d’entrer en grève à partir du 25 mai prochain.
Cela, consécutivement aux multiples tracasseries routières dont elles sont victimes sur la nationale numéro 1 allant de Goma à Kisangani. L’annonce à la Radio Moto vient de leur président au cours de l’interview avec la presse locale. Monsieur Modeste PILIPILI a déploré qu’en dépit d’informer les autorités de la province du Nord-Kivu et de la province Orientale à tous les niveaux sur cette difficulté, rien de convaincant n’est encore décidé. Raison de décréter un mouvement de grève illimité par la route sans activité de transport, question de se faire entendre.

L’ATAMOV dénonce l’insécurité sur les routes de l’intérieur

Les membres de l’Association de taxi-moto et voiture, ATAMOV dénoncent l’insécurité sur la route Muhangi-Musienene. Dénonciation faite par l’un des conseillers de cette association ce lundi 20 mai au cours de l’audience avec le commandant de la PIC/Butembo. Selon monsieur KAKULE WASENDA, seule la soirée du jeudi dernier, deux incidents se sont enregistrés sur ce tronçon. Le premier, un taximan avec sa cliente qui venaient de Muhangi pour Butembo ont été arrêtés par des bandits en tenue civile porteurs d’un couteau. Sur le champ, ces bandits ont demandé au conducteur de la moto sa carte de membre, la pancarte et son gilet. Après discussion, le taximan a donné ces biens réclamés sauf sa carte de membre. Comme si cela ne suffisait pas, ils ont ravi la farine de manioc et 2 téléphones des victimes. Malgré tout cela, il s’en est suivi une bagarre dont le motard s’est retiré avec sa moto laissant sa cliente. Cette dernière est sortie des mains des bandits sans rien de mal suite à un autre taximan qui est venu après quelques instants. Lui-même n’a pas tardé de rencontrer d’autres bandits à quelques mètres. Eux aussi lui ont demandé la même chose. Le conseiller de l’ATAMOV dit s’inquiéter car il ignore les fins pour lesquelles ces objets sont requis par ces coupeurs de route. Le commissaire Didier MWIKA a recommandé à ses hôtes de formuler des déclarations de perte de ces objets d’identification. Cela, parce que des bandits peuvent s’en servir pour opérer et laisser ces traces sur le lieu d’une incursion. Par la suite, les enquêteurs poursuivent les innocents dans l’affaire, a-t-il poursuivi.

nguruwasingya@gmail.com

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s